COMMANDERIE SAINTE-LUCE (ARLES)

Dans la cité d’Arles le Temple était essentiellement propriétaire d’hospicia ou de  staria, terme désignant des immeubles. Un inventaire permet de reconstituer quarante trois maisons en 1308, dont 27 dans la paroisse Notre Dame de La Major proche de la commanderie de Sainte-Luce…P1050289

La commanderie de Sainte-Luce présente un ensemble de bâtiments de grande qualité architecturale.
Elle réunit les caractéristiques d’une vaste demeure provençale de la fin du Moyen Âge. L’histoire de l’édifice est très marquée par l’histoire religieuse.
Tout d’abord il abrite les templiers, puis, après l’épisode dramatique de leur suppression, celle de l’ordre de Malte…
Ste-Luce_desc
Portail de l’édifice

Le portail de l’édifice, entièrement restauré, a conservé son décor flamboyant de la fin XVe siècle. Le bâtiment lui-même s’organise autour d’une cour pourvue d’un puits. La façade ouest est percée de fenêtres à meneaux, surmontées d’un important décor de moulures.A l’angle de cette façade et de la façade nord, se trouve une tour hexagonale abritant un escalier à vis. Des loggias à arcades permettent la circulation au rez-de-chaussée et aux étages.La façade nord, bâtie en 1587, comporte un décor caractéristique de la Renaissance arlésienne.Ste-Luce_pres

Puits de la commanderie

En dehors des bâtiments qui devaient être importants, la commanderie d’Arles possédait très peu de biens immobiliers.plan                                                                Sur un acte de Raoul Guillaume (en 1142) de passage à Arles apparaît une donation faite au Temple de La Clau qui dresse un inventaire par devant les frères. En 1155 la maison du Temple d’Arles recevait le comte Raimond Bérenger IV…Avec cet acte nous sommes en présence de la première mention d’un commandeur d’Arles Bernard Rolland (Bernardus Rollandus) vers 1140-1150. L’archevêque d’Arles fut un protecteur des Templiers et  c’est lui qui les autorisa a avoir un cimetière.

Cimetière des Alyscamps

Cimetière des Alyscamps 

Les donations sont très importantes et voir surprenantes, le 22 Mars 1224, la femme de Geoffroy de Bâton, Jacmée fait son testament et lègue tout ce qu’elle possède des Anguillers jusqu’à la Trache en demandant que » le maître du Temple soit tenu de recevoir comme Chevalier, mon bailli Hélisiaire ».

Arles et son territoire se développent  surtout par l’agriculture, l’élevage et le commerce. La commanderie prendra au sein de l’ordre une importance capitale. Les dirigeant réagissaient sur tout, pour preuve en 1260 « des coutumes sont concédées ou confirmées aux habitants d’Arles » par Rozols de Fos maître de la maison du temple de Provence. Il était « roi » du midi sans en porter le titre… A savoir qu’en 1260 le grand Maître du temple Jacques de Molay s’est rendu à Arles pour participer à une conférence. A la chute de l’Ordre le patrimoine passa aux Hospitaliers…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>