L’ ÎLE DE CHYPRE ET LES TEMPLIERS

.Après la chute d’Acre en 1291, les Templiers ont transporté leur quartier général au château de Limassol, à Chypre, où existait une chapelle templière.

Les chrétiens furent chassés de la terre Sainte, 192 ans après que Godefroi de Bouillon et les autres princes croisés en eurent fait la conquête..

.                                                                        Dans une si grande désolation, les grands maîtres des Hospitaliers et des Templiers, pour

éviter l’entière extinction de leurs ordres dans le Levant, rappelèrent auprès d’eux, par une citation générale, les Hospitaliers et les Templiers qui étaient dispersés dans la plupart des états de la chrétienté. A peine leurs ordres furent-ils arrivés en Europe, qu’on vit tous les chevaliers en mouvement : tous quittèrent avec zèle leur patrie, leurs commanderies ou les maisons de leurs parents ; nulle excuse sur le défaut d’argent ou de santé ; personne n’eut recours à ces indignes prétextes. Les vieux comme les jeunes accoururent vers les côtes de la mer ; les ports en furent remplis, et tous cherchèrent avec un égal empressement les occasions de s’embarquer et de passer dans l’île de Chypre.
Cette île n’est guère à plus de quarante lieues de la Palestine. Elle avait été prise sur les Grecs par Richard-Coeur-de-Lion, lors de son expédition en Terre-Sainte, et ce prince, à l’époque de son départ, l’avait vendue aux Templiers, dont l’ordre était alors aussi riche et aussi puissant que beaucoup de souverains. Mais comme les différents qui existaient entre l’église grecque et l’église latine y excitaient des séditions continuelles, les templiers cédèrent leurs droits à Guy de Lusignan.
Elle était alors gouvernée par Henri II, qui venait d’y recevoir les débris des deux ordres

Armoiries de Lusignan à Chypre.

religieux échappés aux désastres de Saint Jean d’Acre. Lorsque ces ordres eurent réparé leurs tristes pertes par l’arrivée de nouveaux chevaliers, ils armèrent les vaisseaux qui les avaient passés dans l’île de Chypre, et s’en servirent pour escorter les pèlerins qui, nonobstant la perte de Jérusalem, continuaient à visiter les lieux saints, en payant aux infidèles le tribut ordinaire qu’ils exigeaient à l’entrée de cette ville…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>